roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu
Paroles de Sagesses - Titre
Titre : Archives
« décembre 2010
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

L'ange de Roger McGowen

Bernard Montaud

Roger se recula sur sa chaise, songeur. Il lui revenait des souvenirs avec sa grand-mère, cette vieille femme qui l’éleva durant toute son enfance. Il nous confia combien tous ces moments précieux vécus auprès d’elle devenaient de plus en plus importants à ses yeux, au fil du temps. Il nous confia combien cette grand-mère était simple et peu cultivée, mais aussi combien elle était naturellement croyante et remplie d’une bonté sincère. Elle partageait tout avec les plus déshérités du quartier. Plusieurs fois par semaine, elle invitait à manger chez elle tous les clochards des alentours. Et quand elle faisait de la confiture, il fallait ensuite aller distribuer les pots à tous les nécessiteux, ce qui faisait toujours un peu honte à Roger.

« Vous savez, dans la cuisine il y avait un tabouret plus important que les autres. Quand je rentrais de l’école en faisant la tête, elle me disait toujours : « Roger McGowen, pourquoi fais-tu triste mine ? Va t’asseoir sur le tabouret. Et demande à ton cœur ce qui t’arrive. Ton cœur sait toujours très exactement ce qui se passe. Il sait pourquoi tu n’es pas content. Il suffit de demander et il te répondra. »

Voilà sans doute la plus belle définition de l’ange que j’aie entendu. Si simple, si tranquille, si évidente et sans la moindre nécessité d’une quelconque explication intellectuelle ou mystique.

« Vers 12 ou 13 ans, continua-t-il, j’ai eu un petit travail dans un restaurant. J’allais chaque jour après l’école faire la plonge et ensuite je rentrais à la maison en prenant le bus. Mais un soir, j’ai été agressé par une bande de jeunes. Et ils m’ont pris tout mon argent. Je n’avais même plus de quoi payer le bus. J’ai donc décidé de rentrer à pied chez ma grand-mère. Il y avait au moins trois ou quatre kilomètres. Mais surtout un long tunnel à traverser, très sombre, et habité par plein de drogués, de junkies et de clochards. J’avais très peur de traverser ce tunnel, vraiment très peur.

« En arrivant à l’entrée du tunnel, soudain a surgi un très gros chien ! Je me suis jeté contre le mur, immobile, craignant qu’il ne me saute à la gorge. Et le chien s’est approché, intrigué, pour me renifler. À un moment, il m’a même léché la main, en signe de sympathie sans doute. Alors, tout doucement, j’ai recommencé à marcher, en surveillant le chien qui me suivait de très près. Je n’étais vraiment pas tranquille avec ce chien et tous ces pauvres gens que je croisais. Tantôt je guettais le chien derrière moi, tantôt je scrutais les intentions de tous ceux qui étaient allongés par terre dans ce maudit tunnel. Vraiment j’avais très peur. Et puis je suis arrivé sans encombre à l’autre bout du tunnel. Soulagé, en sortant j’ai repris ma marche plus rapide en jetant un coup d’œil derrière moi, pour voir où était le chien. Il avait disparu.

« En arrivant chez ma grand-mère, je lui ai tout raconté : l’agression, ma peur de rentrer à pied, la traversée du tunnel, et le chien pour compléter le tout. Et ma grand-mère a soudain éclaté de rire en me disant : « Roger McGowen, ce chien… c’était ton ange ! Un ange chien qui est venu pour te garder… ton ange gardien ! Un point c’est tout ! »
« Souvent aujourd’hui, dans le couloir de la mort, ma grand-mère me revient à l’esprit. J’ai tant appris auprès d’elle sans même m’en rendre compte. Elle a sauvé mon âme sans doute, en m’enseignant une foi simple. Je n’appartiens vraiment à aucune religion, ni à aucun mouvement spirituel. J’appartiens seulement à l’expérience intérieure que peut faire chacun à tout moment : être plus fort que la haine ! Être plus fort que ses peurs ! »

Quand, comme moi, on a parcouru la terre entière à la recherche de ces grands hommes de cœur, de tous ces « sages » que la vie spirituelle engendre parfois, on est soudain sidéré d’en rencontrer un, de la plus belle espèce… ici, dans le couloir de la mort !
Sacré Roger tout de même, capable de nous parler des anges, lui qui habite en enfer !

Extrait du site pour le comité de soutien à Roger McGowen : www.rogermcgowen.fr

CSS Valide !  Valid XHTML 1.0 Strict