roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu roll-over menu
Paroles de Sagesses - Titre
Titre : Archives
« décembre 2010
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

La Naissance du Temps

Auteur Un-connu

Il fut un temps… où le temps n’existait pas 

Il n’y avait rien, pas même un seul moment, ni même un petit instant ne traînant dans ce vide.
Tout était noir et glacial, sans aucune dimension.

Quand, de cet espace, parvint au loin une résonance de sons saccadés, qui semblaient venir de toute part.
Comme un écho se propageant sur des parois invisibles…
Puis ce fut une gigantesque marée qui apparut d’une onde recouvrant le silence de ce vide, se remplissant de… rires !
Ce mouvement d’une marée étonnante, s’amplifia et s’installa dans la durée d’une consistance que l’on nomma PRÉSENT !
Se dessina alors dans le ciel de cet espace riant, des milliers, des millions de sourires, joyeux, insouciant, prenant ce présent pour un véritable… cadeau !

Ainsi le monde n’était que rires et sourires au travers de cet instant perpétuellement renouvelé, d’un présent unique et heureux.

Tout aurait pu rester éternellement dans cette gaîté, recouvrant le silence d’un noir qui était beau de cette présence… Mais voilà !
Au fur et à mesure que ces rires éclataient comme des ballons d’air pur, les sourires déchus de cet éphémère éclat, se mirent à s’interroger de l’existence de ce rire… et se demandèrent alors pourquoi ils riaient… ???
Car effectivement, de quoi ou de qui pouvait-on rire ainsi… ???
Les sourires déchus se prirent à douter en pensant qu’ils riaient d’eux-mêmes !… Puisqu’il n’y avait qu’eux, dans ce présent d’une dimension unique.
Alors, ceux que cette pensée avait subitement envahis, se mirent à réfléchir, réfléchir, sur ce phénomène étrange et inquiétant…

Le monde se divisa en deux : ceux qui riaient et ceux qui doutaient. D’un côté des sourires éclatant… et de l’autre des sous-rires un peu forcés, d’un rire sans joie, plein d’interrogation et de suspicion sur ce qui venait de se passer !!!

Le PASSÉ apparut alors, comme une dimension antérieure et même inférieure au présent, triste de cette méfiance vis-à-vis de son image dont il croyait que les rires du présent se moquaient !
Les deux camps, c’est sûr, s’opposaient !
Le passé, de sa distance prit sur l’instant, sur le présent, imagina un autre comportement vis-à-vis de ces rires…
Ainsi, les sourires déchus de leur éclat, ne voulant plus qu’on les prenne à la légère, d’une attitude insouciante qui prêtait à rire, décidèrent que quelle que puisse être la situation, ils resteraient de marbre !!! Sans laisser apparaître la moindre émotion pouvant susciter des interrogations… personne ne pourrait alors se méprendre ni se moquer d’eux… à l’avenir !!!

L’AVENIR, s’imagina ainsi, dominant son comportement sur un présent qu’il devait maîtriser, s’enfermant dans un paraître strict !
Le futur apparut dans sa rigidité, au-delà d’un présent insouciant qui continuait à rire et du passé qui persistait à douter de lui-même…
Suivant cet enchaînement, au fur et à mesure que les rires cessaient d’éclater, les sourires se retrouvaient alors dans un élan de doute intense, à s’imaginer une attitude de marbre !
Si bien que de plus en plus de sourires se prirent à douter et de moins en moins à rire franchement !

Jusqu’au jour où…
Le présent s’éteignit de ses rires, laissant place à un doute permanent, aboutissant au futur envisagé…
Tous les sourires, figés, étaient de marbre !!!

Le temps était né… et mort en quelque mauvais tourment !…

CSS Valide !  Valid XHTML 1.0 Strict